"Le tri ça sert à rien": luttez contre les idées reçues sur le tri

Up to Tri vous donne des clés pour lutter contre les idées reçues sur le tri !



1- “Trier, c’est pas vraiment utile”


Trier ses déchets peut sembler anodin parce qu’on a du mal à visualiser les 10 000 piscines olympiques qui peuvent être économisées lorsqu’on recycle 1,3 million de tonnes de papiers. Pourtant, le geste de tri est indispensable. Le tri, c’est le premier instant clé de la chaîne, et c’est vous qui en êtes bien souvent responsable. Chaque geste compte ! Trier, permettra par la suite de recycler, soit d’éviter de puiser dans les énergies fossiles pour produire chaque jour un nouveau gobelet en plastique pour votre café de 10H00.


Le recyclage est obligatoire en France, toute une chaîne d’acteurs est mobilisée chaque jour, de la collecte de vos déchets à leur valorisation, pour leur redonner une seconde vie.


2- “Trier, c’est compliqué”


C’est surtout facile de compliquer des choses simples ! Vous voulez un mémo simple ? VMPC, soit Verre, Métal, Plastique et papier Carton. C’est la règle grammaticale des emballages à trier. Ils peuvent TOUS être recyclés.


Aujourd’hui, le tri devient de plus en plus simple, avec l’extension des consignes de tri au 1er janvier 2020 dans les grandes villes de France. Désormais, à Paris, Lyon ou Marseille, TOUS les emballages peuvent être jetés dans la poubelle jaune (capsules de café, pot de yaourts, barquettes en plastique, etc). Pensez à vous renseigner pour connaître les consignes de tri chez vous. Si votre commune n’est pas encore concernée, c’est pour bientôt. Dès 2022, les consignes et les bacs de tri seront les mêmes partout en France. Ce qui est compliqué c’est de se tromper !


3- “Pourquoi s'embêter à trier quand tout part au même endroit”


Faux ! S’il vous est arrivé de constater, chez vous, au travail, à la fac ou en vacances qu’un agent de collecte a vidé le bac jaune dans la benne des ordures ménagères, sachez qu’il s’agit d’accidents de parcours, de cas isolés. Vos déchets du bac jaune sont collectés par la collectivité et acheminés en centre de tri pour y être séparés par matériau puis compactés en “balles”, ensuite revendu à des usines de recyclage. Vous l’aurez compris, vos poubelle sont une ressource pour la collectivité qui n’a aucun intérêt à mélanger les emballages triés pour les envoyer à l’incinérateur. A l’inverse, vous pouvez être sûr que tout ce que vous mettez dans votre bac de tri sera recyclé. Enfin, l’éco-organisme CITEO s’assure que les matériaux qui sortent des usines de recyclages soient bel et bien recyclés. Et si comme nous, vous êtes du genre “je ne vois que ce que je crois”, vous pouvez visionner les vidéos #suivezmoi de CITEO sur lesquelles on voit des emballages équipés de trackers GPS.


4- “Moi je n’achète qu’en vrac, c’est mieux que d’acheter des produits emballés”


Vous l’avez sûrement entendu, “le meilleur déchet est celui qui n’existe pas” et c’est vrai. Toutefois, l’emballage remplit des fonctions essentielles : protéger le produit du choc, des variations de températures, de sa production à sa consommation. Le conserver permet d’augmenter sa durée d'utilisation et d’informer le consommateur (ingrédient, qualité et traçabilité). L’emballage reste le premier garant de la sécurité alimentaire. Il permet de limiter le gaspillage alimentaire. De plus, si vous le triez, l’emballage peut être recyclé et la matière dont il est composé peut avoir une nouvelle vie, parfois même à l'infini !


5- “On nous fait trier nous, mais les entreprises, elles, ne font rien”


Sachez avant tout que, vous, plus tous les Français, ça fait du monde qui agit ! Vous n’êtes pas seul : 88% des Français trient et 48% le font systématiquement. Et ces chiffres sont en augmentation. La catégorie des jeunes a gagné +9 points en 3 ans. Oui, mais et les entreprises ? Vous ne le savez peut-être pas, mais depuis 25 ans que le tri existe, elles ont mis plus de 9,5 milliards d’euros sur la table pour financer la collecte des emballages et des papiers, créer des filières de recyclage. C’est ce que l’on appelle la responsabilité élargie du producteur.


Au-delà de la loi, les entreprises sont désormais obligées de se plier aux nouvelles normes environnementales, en trouvant des solutions pour créer des emballages plus responsables à partir de certains matériaux ou en réduisant leurs poids par exemple. A titre indicatif, dans le secteur des boissons, les marques investissent 5% de leur chiffre d’affaires en moyenne en R&D. Résultat : 11 000 tonnes d’emballages en moins chaque année depuis 2007 !

Up to Tri, agence conseil en formation et communication de proximité
Certifiée organisme de formation n° 84691512669.préf.AuRa

© 2020 Up to Tri  |  Création ESSENS CONSULTING  |  Mentions légales  |